réactions cutanées tatouage associée, éruption rouge sous la peau.

réactions cutanées tatouage associée, éruption rouge sous la peau.

DermNet Nouvelle-Zélande

réactions cutanées liées tatouage

Auteur: Vanessa Ngan, Rédacteur 2005.

introduction

tatouage décoratif a été pratiqué pendant des milliers d’années. Dans les temps primitifs, il a été utilisé pour l’embellissement, tandis que dans certaines coutumes et cultures le tatouage représente un signe de distinction ou de rang social. Cela reste le cas aujourd’hui avec certaines cultures; cependant, il est également devenu populaire auprès des gens de tous les jours des pays occidentaux dans les 10-20 dernières années.

Avec l’augmentation du nombre de personnes avec des tatouages ​​dans la société d’aujourd’hui, une augmentation du nombre de troubles de tatouage associée peau peut être attendue. Les réactions qui peuvent se produire comprennent des réactions inflammatoires aiguës, des réactions d’hypersensibilité eczémateuses, réactions photo-aggravées, des réactions granulomateuses, les réactions et les réactions lichénoïdes pseudolymphomatous.

réactions inflammatoires aiguës

Cette réaction est en réponse directe à la perforation de la peau avec des aiguilles imprégnées avec des colorants pigmentaires préparées à partir de sels métalliques. Il peut y avoir des rougeurs passagères et le gonflement de la surface qui disparaît dans les 2-3 semaines. Il est un effet secondaire attendu du processus de tatouage.

Les réactions cutanées Koebnerised

Le phénomène de Koebner décrit l’apparition de nouvelles lésions d’une maladie de peau existant au sein d’une lésion cutanée. Un tatouage peut se traduire par le psoriasis, le lichen plan, ou le vitiligo par ce mécanisme.

Les infections cutanées

L’infection est pas fréquente après le tatouage. Les infections cutanées suivantes ont été cependant signalé, soulignant la nécessité de se soumettre à la procédure dans un environnement propre à l’aide de matériel stérile.

La transmission des infections transmissibles par le sang grave peut se produire.

Des réactions d’hypersensibilité eczémateuses

Les deux réactions d’hypersensibilité plus communs à des pigments de tatouage sont la dermatite de contact allergique et la dermatite photoallergique. La réaction apparaît généralement comme une éruption rouge enflammée ou peut parfois être écailleuse et squameuse (dermatite exfoliative). pigments de tatouage rouges causent le plus de réactions, en particulier celles qui sont faites à partir du sulfure de mercure (cinabre). Des réactions d’hypersensibilité à des pigments utilisés pour faire des tatouages ​​noir, bleu, violet et vert sont beaucoup moins fréquents.

Les composants de l’encre de tatouage sont difficiles à déterminer et subir des modifications avec le temps. Il n’y a pas de réglementation pour les encres de tatouage ou des additifs de couleur, qui contiennent des pigments inorganiques et le noir de carbone, et / ou des pigments organiques de différentes classes chimiques. Le tableau ci-dessous dresse la liste des agents qui ont été utilisés. Il y a beaucoup plus.

Composition de pigment de tatouage Couleurs

La dermatite de contact a également été rapportée chez les personnes ayant des tatouages ​​au henné. Tatouages ​​au henné sont tatouages ​​non permanents où henné est peint sur la peau avec le pinceau d’un artiste qui entraîne une coloration brunâtre. Henna lui-même devrait être en sécurité, mais le colorant est souvent mélangé avec paraphénylènediamine (PPD), une substance chimique qui est bien connu pour causer des réactions allergiques chez les personnes sensibles. Dans ce cas, le colorant est de couleur noire, ce qu’on appelle le henné noir.

réactions photo-aggravées

tatouages ​​jaunes créés à partir de sulfure de cadmium sont plus à risque de provoquer des réactions d’hypersensibilité quand ils sont exposés à la lumière du soleil. Gonflement et la rougeur se développent autour du site de tatouage. Cette réaction phototoxique provoquée par le sulfure de cadmium peut également se produire dans les tatouages ​​rouges, comme des traces de cadmium sont ajoutés pour égayer pigment de tatouage rouge.

réactions granulomateuses

Le terme granulome se réfère au type particulier de cellules qui provoquent la réaction. Une réaction de corps étranger au pigment peut entraîner une augmentation des bosses rouges sur le site du tatouage qui sont constitués de cellules épithélioïdes, des lymphocytes et quelques cellules géantes. Le plus souvent rouge, mais aussi, vert, bleu et violet tatouages ​​de pigment, et les tatouages ​​UV-visible ont été associés à des réactions granulomateuses.

réactions Lichenoid

Ces types de réactions sont beaucoup moins fréquentes que les réactions d’hypersensibilité eczémateuses. Leurs signes et symptômes sont les mêmes que ceux dans le lichen plan. bien que la réaction est généralement limitée aux parties rouges du tatouage. Par conséquent, le pigment rouge est responsable de la plupart des réactions de tatouage lichénoïdes.

réaction Lichenoid au pigment rouge du tatouage

réactions Pseudolymphomatous

Ce sont généralement le résultat d’une réaction d’hypersensibilité retardée au pigment de tatouage. Encore une fois, le pigment rouge est la cause principale, mais il a également été rapportée avec des pigments verts et bleus. Pseudolymphomes causées par pigment de tatouage sont prune caractéristique des nodules et des plaques de couleur rouge. Ils doivent être cliniquement distingués des lymphomes cutanés qui peuvent être la cause de conditions malignes graves.

Les réactions Kératoacanthome de tatouages ​​à ont également été décrits.

Burns, pendant l’imagerie par résonance magnétique

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) produit un champ magnétique qui a été rapporté pour induire un courant électrique à l’intérieur de l’encre de tatouage contenant de l’oxyde de fer. L’oxyde de fer se trouve parfois à l’encre permanente cosmétique utilisé pour améliorer le contour des lèvres et des sourcils. Une IRM se traduit par une légère brûlure sur le site tatoué. à savoir, une rougeur douloureuse et l’enflure.

Enlèvement des tatouages

Les tatouages ​​sont le plus souvent traités avec des lasers Q-switch. Dans la plupart des cas, 5 à 12 traitements sont nécessaires, de 6 à 8 semaines d’intervalle. jeu complet est pas toujours possible.

Le laser peut être choisie en fonction de la couleur du pigment de tatouage:

  • Nd: YAG (1064 nm) pour le pigment noir et bleu
  • laser Alexandrite (755 nm) pour le noir, bleu et vert pigment
  • laser Ruby (694 nm) pour le noir, bleu et vert pigment
  • Fréquence doublé laser Nd: YAG (532 nm) pour le rouge, l’orange et pigment pourpre
  • colorant pulsé Flashlamp pompé (510 nm) pour le pigment rouge, violet, orange et jaune

pigment blanc et jaune semble être le plus difficile à éradiquer. Les complications peuvent inclure:

  • scarification
  • changements de couleur indésirables, y compris assombrissement de tatouage par exemple brun au noir (oxyde ferrique devient oxyde de fer)
  • Propagation de réaction allergique sous forme de granulés de tatouage se dispersent

Alternativement, le resurfaçage fractionnel ablatif peut être utilisé.

informations connexes

Les références:

  • Livre: Textbook of Dermatology. Ed Rook A, Wilkinson DS, Ebling FJB, Champion RH, Burton JL. Quatrième édition. Blackwell Scientific Publications.
  • Jacob CI. Tattoo-Associated Dermatoses: Un rapport de cas et revue de la littérature. Dermatol Surg 2002; 28: 962-965. MEDLINE
  • Carretero P, Garces MM, Herrero D et al. Rapport de cas: La dermatite de contact en raison d’un tatouage au henné. Allergol Immunol Clin 2000; 15: 325-327 MEDLINE
  • «Le maquillage permanent» provoque des visages de femmes à brûler en IRM. New Zealand Herald, le 3 Juillet ici 2016.

Sur DermNet NZ:

Autres sites:

Livres sur les maladies de la peau:

RELATED POSTS

Laisser un commentaire